Ir al contenido | Ir a navegación | Buscar
logo Sogip

Noticias

PodcastRegreso a la lista

 Eventos
Podcast of radio program « les voix du crépuscule » on Campus Radio entitled “Que sont-ils devenus? Le destin des ‘peuples stars’ de l’anthropologie » - 9 de enero de 2013

This radio program was recorded on Saturday 8th December 2012 in the reading room of Quai Branly museum and broadcasted on Wednesday 19 December 2012 by Radio Campus Paris 93.9FM

Presentation of program in French

(Source : Site Campus Paris)

Que sont devenus les Bororos rencontrés par Levi-Strauss dans les années 30, les Achuar d’Equateur que Philippe Descola a décrits dans les années 70 et les Aborigènes d’Australie qui ont tant fasciné Freud et les fondateurs des sciences sociales au début du XXème siècle. Que sont devenus ces peuples dont vous avez une fois lu la chronique ou entendu la rumeur et dont vous ne savez pas si aujourd’hui, ils habitent encore leurs terres et parlent encore leurs langues? Deux jeunes chercheurs - Julie Carpentier (Université Paris X-Nanterre ) et Martin Préaud du programme SOGIP, répondent à ces questions et partagent leur témoignages d’anthropologues. L’émission sera aussi l’occasion d’écouter l’anthropologue brésilienne et professeur d’ethnologie à l’Université de Sao Paulo Sylvia Caiuby Novaes, nous parler de l’évolution de la société Bororo depuis le passage de Levi-Strauss dans les années 30. Enfin, une chronique juridique viendra exposer le cadre légal international encadrant la condition autochtone, Convention n°169 de l’Organisation Internationale du Travail adopté en en 1989 et Déclaration sur les droits des peuples autochtones adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU en 2007.

Julie Carpentier : doctorante au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de l’Université Paris X-Nanterre, spécialiste de l’Amazonie équatoriale et de la reconversion des peuples autochtones à l’écotourisme.

Martin Préaud : Postdoctorant SOGIP, titulaire d’un doctorat de l’EHESS et d’un PhD de James Cook University en anthropologie sociale et ethnologie, spécialiste des Aborigènes du Kimberley (nord-ouest de l’Australie), sa thèse porte sur les ressorts politiques, historiques et culturels de l’autochtonie dans cette région, au travers d’une ethnographie des localités et des réseaux autochtones.

Le podcast de l’émission est disponible ici

*****

Résumé de l’émission

(Source : Sogip)

L’émission traite globalement du thème des peuples autochtones dans la mondialisation et tente d’analyser comment se révèlent les trajectoires d’intégration de ces populations dans les espaces nationaux et internationaux à partir du cas des Achuar, des Bororos et des Aborigènes.
Elle s’ouvre sur un document d’archive constitué d’un entretien avec Philippe Descola consacré à une enquête ethnographique qu’il mena, dans les années 1970, auprès des Achuar d’Equateur. (1 : 26 : 00). Il évoque notamment les rapports de cette société à son environnement, les système d’usages et de socialisation de la nature.

Julie Carpentier fait ensuite un point sur la situation actuelle des Achuar en évoquant notamment le mouvement politique des années 1990 et les changements dans les modes de vie, les évolutions relatives aux organisations autochtones et leurs revendications sur la scène nationale. Elle présente ensuite ses recherches consacrées au phénomène de conversion des peuples autochtones à l’écotourisme au début des année 90 et plus spécifiquement aux projets de tourisme communautaire.

Martin Préaud évoque ensuite la situation des Aborigènes d’Australie (1 : 10 : 00) en présentant une perspective historique, la diversité des populations autochtones avant la colonisation britannique (1788) et le totémisme comme catégorie anthropologique. Il analyse également la violence coloniale, les régimes de ségrégation, la doctine de terra nullius et le thème des « générations volées ».

Une 2ème partie d’émission est consacrée aux trajectoires des peuples autochtones dans la « modernité » (56 :20). Les thèmes suivants sont abordés : l’activité économique et notamment celle liée à l’écotourisme, les activités artistiques, les revendications politiques, les relations avec l’Etat, les relations avec les minières et les entreprises exploitant le bois. Est ensuite traitée la question de l’« authenticité » (46 : 00), la manière dont cette notion est instrumentalisée dans la pratique touristique ou dans les rapports sociaux et politiques, et comment les autochtones se positionnent dans leurs activités par rapport à des pratiques dites « authentiques ».

L’émission propose ensuite un document d’archive datant des années 60 consacré à un entretien avec Claude Levi Strauss (42 : 00) qui présente son enquête ehtnographique menée chez les Bororos à la fin des années 1930. L’émission permit d’entendre l’anthropologue brésilienne et professeur d’ethnologie à l’Université de Sao Paulo, Sylvia Caiuby Novaes, sur l’évolution de la société Bororo depuis le passage de Levi-Strauss dans les années 30.

La dernière partie est consacrée au cadre juridique international ; sont évoqués la Convention 169 de l’OIT, la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones (DDPA), le droit à l’autodétermination et la position de la France, notamment les accords de Nouméa. Martin Préaud présente le programme SOGIP (21 :00)
L’émission se termine avec une série de questions/réponses (11 : 00)

PodcastAgenda de los investigadores
ArchivosArchivos
Versión para imprimir de este documento Versión imprimir

© Sogip - Creditos/legal | Mapa del sitio | Contacto | ISSN2260-1872